Dans notre dernière publication, nous avions annoncé que la FESMAR participait à coté de l’Institut Interaméricain pour la Coopération Agricole (IICA) à l’élaboration du dossier Haïti sur le « cacao fin ». Le dossier finalisé a donc été soumis à l’International Cocoa Organization (ICCO) et analysé par le comité Ad Hoc des experts, à l’occasion de leurs délibérations en Cote d’Ivoire du 11 au 13 avril dernier.

À cette importante rencontre, Haïti n’ayant pas envoyé de délégation pour présenté son dossier et c’est encore l’IICA à travers son représentant de la Jamaïque, Dr. Elizabeth Johnson, qui s’en est chargé. Au terme des délibérations du comité d’experts, le dossier d’Haïti a été approuvé et le pays est maintenant intégré dans la liste des 23 pays reconnus comme producteurs de » cacao fin « , un première.

Il reste encore beaucoup de travail à faire pour que le cacao haïtien soit reconnu totalement comme » cacao fin », c’est le cas pour plusieurs pays tels: le Costa-Rica, la Dominique ou la Grenade. C’est l’occasion pour la FESMAR d’encourager tous les intervenants de la filière à redoubler d’efforts pour l’amélioration de leurs pratiques afin d’atteindre cet objectif. La FESMAR remercie de manière spéciale la Coopérative Agricole Union Développement (CAUD) de Dame-Marie et la Fédération des Coopératives Cacaoyères du Nord (FECCANO) de Plaine du Nord, qui ont fourni les données nécessaires à la préparation du dossier d’Haïti.

Il revient maintenant aux autorités de l’État d’apporter le support nécessaire aux planteurs et surtout veiller à ce que la moniliose ne vienne point décimer le cacao haïtien car, elle est présente sur le territoire jamaïcain.