JUIN 2012 

La cinquième édition de la Fête du Cacao s’est tenue à Dame-Marie, du 20 au 22 avril 2012. Cette année encore, la présence de nouveaux partenaires a rehaussé le niveau de la fête du cacao qui est devenue une référence, non seulement pour la région mais pour le pays tout entier. 

La Coopérative Agricole Union Développement (CAUD), les coopératives cacaoyères de Marfranc, de Chambellan et des Irois ont répondu présentes  à cette édition ainsi que les petits ateliers de transformation du cacao. Le programme de relance de la filière du cacao dans la Grande-Anse, supporté par l’Union Européenne, a été un des partenaires à la réalisation de cette cinquième édition. 

Dès le début de l’initiative de la fête du cacao, les objectifs principaux visaient au renforcement de la production du cacao dans la région, l’indépendance des coopératives de production, à l’amélioration des conditions économiques des planteurs de cette denrée et à la protection de l’environnement. Cette édition s’est fixée pour objectif le renforcement du partenariat pour l’action des différentes organisations et institutions intéressées par la filière du cacao. 

La cinquième édition de la fête du cacao a consisté en la réalisation du grand défilé d’ouverture conduit par le Groupe d’Action Socio-Culturel (GASC), suivi des délégations d’écoliers venant de différents établissements scolaires de la ville. À la fin du défilé, c’est la cérémonie d’ouverture de la cinquième édition de la fête du cacao suivi d’un spectacle culturel donné par une dizaine de groupes culturels évoluant dans les villes de l’arrondissement. 

La seconde journée est marquée principalement par l’ouverture de l’exposition des produits du cacao, les présentations des activités et des difficultés auxquelles les coopératives cacaoyères font face. Un arboretum a été inauguré en la mémoire de Eugène Piou. 

Le responsable du projet de relance de la filière du cacao dans la Grande-Anse a fait une présentation du projet. Certains planteurs se sont plains du fait que les informations concernant le projet ne leurs sont pas transmises à part le fait qu’ils sont au courant de l’établissement de pépinières dans des sections communales.

Les groupes de femmes travaillant dans la transformation du cacao ont présenté leurs activités et les problèmes auxquels elles font face. Le problème majeur est l’absence d ‘équipements pouvant les aider à mettre sur le marché un produit de meilleure qualité. Un second problème est celui lié à un manque de formation dans le domaine. 

La journée du 21 a été clôturée par une grande soirée culturelle. Quant a la journée du 22, elle a été marquée par une conférence sur la peinture et la sculpture, pour renforcer l’intérêt des jeunes pour l’art. À l’issu de cette conférence, les prix du concours de dessin ont été distribués.

La réalisation de la cinquième édition de la fête du cacao a rassemblé les différents secteurs de la population de Dame-Marie, ville hôte de l’évènement, en particulier les jeunes des établissements scolaires, les responsables de projets de développement de la filière du cacao dans la région, des coopératives cacaoyères travaillant dans le nord du pays et les principales coopératives de la Grande-Anse Ouest. Les problèmes soulevés à l’occasion de cette édition concernent la transformation du cacao, le prix payé qui est trop bas, les équipements pour les ateliers de transformation et la formation des artisans.

Il est à espérer que les entités de l’État impliquées dans la promotion de l’agriculture nationale apporteront l’appui nécessaire à la relance de cette denrée majeure pour toute la Grande-Anse.