Malgré un retard dû à une assemblée moins nombreuse que souhaité, le second jour de la Fête du cacao a pris son envol vers les 11h00 avec les premières présentations portant sur les changements climatiques.

Le premier atelier de la journée a été conduit par le représentant du Ministère de l’Environnent, attaché à la Direction des Changements Climatiques. Ensuite, les organisations coopératives invitées à participer à cette 9e édition n’ont pas manqué de partager leurs réalisations avec le public. Du nombre, citons la CAUD (Dame-Marie), ICLI (commune des Irois) et POPCAUD (Chambellant). À regret, le représentant de la commune de Moron n’a pu être des nôtres cette année. Quant à elles, les femmes de Fanm TRAFKAD ont, avec beaucoup d’entrain, présenté leurs activités dans le secteur de la transformation.

Le CRS (Catholic Relief Service), organisme collaborateur au projet de relance de la culture du cacao dans les régions de la Grande-Anse et du Nord, a communiqué les aspects importants de son action financée à hauteur de 5 millions de dollars (US).

En clôture de la section « ateliers », les étudiants de l’Institut Supérieur de Recherche en Sciences Sociales (ISERSS) ont présenté le cacao comme moteur du développement de la Grande-Anse en mettant l’accent sur les activités touristiques.

Le point fort de la journée, sinon de cette édition est, sans conteste, l’inauguration d’une exposition muséale ayant pour thème le cacao. Cette exposition a été montée autour de treize (13) tableaux qui ont grandement réjoui participants et membres de la population locale.

En soirée, le volet culturel de cette seconde journée s’est une fois de plus illustré comme un succès indéniable en attirant une foule innombrable malgré le retour de la pluie.