Les préoccupations de la société haïtienne face aux problèmes environnementaux sont sur toutes les lèvres. En effet, les trente dernières années ont montré une accélération de la dégradation du milieu naturel haïtien. Les rapports produits tant par les experts nationaux qu’étrangers parlent d’une couverture forestière nationale de moins de 2% du territoire national.
La réduction constante de la couverture forestière n’est pas nouvelle. Cette pratique du déboisement est un héritage colonial, appliquée par les gouvernements qui se sont succédés après l’indépendance, renforcée pour payer la dette de l’indépendance, industrialisée à travers les concessions d’exploitation accordées à des compagnies étrangères, politisée pour éliminer toute opposition à un pouvoir dictatorial et généralisée pour assurer la survie économique. La situation environnementale devient d’autant plus grave que le réchauffement climatique nous affecte tous. La fréquence de phénomènes naturels tels que : les inondations, les cyclones, les sécheresses devient de plus en plus rapprochée. Il importe, face à une telle situation, d’agir.
Dans le cadre des activités d’appui à la protection de l’environnement, la FESMAR a établi à Dame-Marie, l’arborétum Eugène PIOU. Cet arborétum, en plus de son rôle de formation et d’éducation pour les jeunes se veut également un lieu de diffusion d’espèces fruitières et forestières devant contribuer à l’amélioration de la couverture forestière de la région ouest de la Grande-Anse, spécialement la commune de Dame-Marie.
Dans son travail de vulgarisation du savoir, l’arborétum Eugène Piou est associé au Jardin Botanique des Cayes (JBC). Des sessions de formation et d’échange peuvent être organisées régulièrement par cette institution partenaire au profit des techniciens et des jeunes de la région de Dame-Marie.
Dans le cadre de sa mission d’éducation, des sessions de sensibilisation à l’éducation environnementale se réaliseront sur une base régulière, au profit des écoliers de la région Ouest de la Grande-Anse, toujours dans la perspective de contribuer à l’amélioration de la situation environnementale du département le plus boisé du pays qu’est la Grande-Anse.